Arrêter de fumer est une décision importante pour votre santé

Persévérez dans votre décision, même si vous n’y arrivez pas directement ! La plupart des fumeurs ont besoin de plusieurs tentatives avant d’arrêter réellement. Alors, toute tentative est un pas en avant jusqu’à l’arrêt définitif.

 

Rendez-vous chez un tabacologue pour obtenir un accompagnement individualisé. Les conseils, associés ou non aux médicaments, augmentent vos chances de réussite.

  • Vous êtes domicilié à Bruxelles ou en Wallonie? L’intervention de votre mutualité est de 30 euros pour une première séance, 20 euros pour les séances suivantes avec un maximum de 7 séances sur une période de deux années civiles. Pour les femmes enceintes, l’intervention est de 30 euros par séance avec un maximum de 8 séances par grossesse. Une seule condition  : consulter un médecin ou un tabacologue agréé (voir sur https://repertoire.fares.be/). Il vous suffira ensuite de transmettre l’attestation de soins à votre mutualité.
  • Vous êtes domicilié en Flandre? Vous ne payez qu’une partie des coûts vous-même. Le gouvernement flamand verse le reste au tabacologue. Vous saurez exactement combien vous devez payer et où trouver des tabacologues sur tabakologen.be .

Si vous êtes bénéficiaire de l’intervention majorée (BIM), vous payez moins.

Aide téléphonique et aide en ligne gratuites : tabacstop.be

Un tabacologue est à votre écoute au 0800 111 00. Il peut vous proposer 8 séances gratuites de coaching par téléphone. Il existe également une application gratuite (disponible dans l’App store et Google play) qui offre un soutien à l’arrêt : quiz, conseils quotidiens, économies réalisées par les cigarettes non-fumées, défis ludiques pour se changer les idées si on a envie de fumer, chat avec d’autres « futurs  ex-fumeurs », etc.

Aide médicamenteuse

Au début de l’arrêt, la dépendance physique peut provoquer des symptômes de sevrage et compromettre la réussite. Une médication adaptée, conseillée dans le cadre d’un suivi personnalisé, permet de diminuer les risques de rechute.

– Les substituts à la nicotine aident à soulager les symptômes de sevrage. Ils sont en vente libre en pharmacie et ne sont pas remboursés.

– D’autres médicaments ne sont disponibles que sur ordonnance médicale. Ils sont en grande partie remboursés.

→ La « bupropione » est indiquée si vous avez plus de 35 ans et souffrez de maladie pulmonaire obstructive chronique (BPCO).

→ La « varénicline » : le « starter pack » (2 semaines d’essai du médicament) et 3 cures sont remboursés par votre mutualité sur une période de 5 ans.